Le Fil jaune

Humus, 2000

10,5x15 cm

36 pages

ISBN 2-940127-21-2

CHF 15

C’est un récit ondiniste au échos mythologiques qui tente de rendre les sons de l’onde par des sifflantes, consonnes sibilantes, en phonétique consonnes fricatives ou affriquées dont le mode d'articulation consiste à diriger un flux d'air avec la langue vers le bord des dents tenues fermées, produisant un bruit caractéristique de sifflement. Toutes les sibilantes sont des consonnes coronales, articulées avec la pointe ou la partie antérieure de la langue. Elles présentent en revanche de nombreuses variations dans la forme de la langue et le point d'articulation, tant au niveau du point constricteur de la langue elle-même que du lieu d'articulation qu'elle vise à l'avant de la bouche.

 

Avertissement : ici la sifflante, alvéolaire, se dit comme dans sol, tel un serpent qui sifflerait sur notre tête, comme une insolation. La graphie en double ss y est fréquente et peu faire surgir des imparfaits du subjonctif. Ce procédé susceptible de faire pisser de joie telle lectrice ou lecteur peut engendrer le rire ou le sourire au milieu d’une exaltation érotique.

Ce bref récit érotique paru dans la collection L’indiscrète est illustré de dessins de Richard Aeschlimann et pour les exemplaires de tête de gravure originales.