Chambranles et embrasures

Aire, 2013

13x21 cm

192 pages

ISBN 978-2-940478-81-1

CHF 

Un biologiste qui a isolé une molécule dans la canopée brésilienne décide de changer de vie, profitant du revenu que lui a procuré sa découverte. Il va de porte à porte vendre ses poèmes et parfois faire l’amour à ses interlocutrices.

 

Mais bientôt une chamane, dont certains lecteurs ont pu dire qu’elle ressemblait à Isabelle Falconnier, Pygmalionne devenue égérie des lettres romandes, fidélise ce narrateur pour le rendre indépendant et lui commande pour chaque vendredi un récit érotique.

 

A chacune de ses visites, la  maison se transforme, le décor change, les figures érotiques aussi jusqu’à l’envol final. On retrouve ici une parodie, un jeu plutôt avec les stéréotypes du roman érotique. L’auteur avoue avoir lu dans sa jeunesse l’essentiel de la littérature érotique classique. L’éveil au désir, le sourire et une satire de notre société sont aussi au rendez-vous de ce roman alerte et enchanté. Les portes marquent le passage d’une épreuve à l’autre, les chambranles, les seuils, les couloirs, les souterrains mêmes conduisent à l’envol final.

Le lecteur qui veut lire les récits que le narrateur invente ici lira Pampilles arborescentes qui en ont tressé une couronne.